Faits divers : un homme abuse d’une poule en Normandie

Gare aux éleveurs pervers qui maltraitent leurs animaux ! Quelle que soit la forme de maltraitance, la loi punira leurs actes. En Normandie, un homme de 59 ans va payer le prix pour avoir abusé l’une de ses poules, sept mois après avoir été pris en flagrant délit. Cela remonte en août 2016 lorsque sa compagne l’a surpris en plein acte sexuel avec un gallinacé de leur poulailler. Sa fille aînée a également assisté à la confrontation.

L’affaire a été menée face au tribunal correctionnel de Rouen en Seine-Maritime le 28 mars. Selon le verdict du jury, l’accusé va écoper d’une peine de trois mois de prison avec sursis pour « sévices sexuels envers un animal domestique ou apprivoisé ». La peine est assortie d’une interdiction de détenir un animal, quel qu’il soit.

Cette histoire ahurissante a eu lieu le 28 août 2016 dans le garage familial de l’accusé à Saint-Etienne-du-Rouvray. Alertée par sa fille cadette qui avait déjà surpris son père dans une position compromettante avec une poule, la mère décide avec l’aînée de monter un stratagème pour surprendre le quinquagénaire. Elles ont en quelque sorte établi un système de surveillance rapprochée du suspect pour vérifier les dires de la cadette. Malheureusement, cette dernière avait bel et bien raison.30

Drôle de tromperie

Le jour venu, les deux femmes ont assisté à une scène répugnante où l’homme, pantalon baissé sur les chevilles entretenait une relation sexuelle avec une poule. A la vue de cette tromperie insolite, sa compagne a été prise de vomissements rapporte la présidente du tribunal. Impossible pour elle de ne pas exprimer son dégoût en voyant son mari en plein ébat sexuel avec un animal.

Suite à cet incident, une plainte a été déposée contre le mari et tous les animaux domestiques du couple ont été confiés à une association de protection des animaux, dont 7 poules et une chèvre. Des sévices ont été effectivement constatés chez les gallinacés, mais la présidente du tribunal n’a pas voulu donner plus de détails à ce sujet.

Les concernés absents à l’audience

Ni l’accusé, ni sa femme n’étaient venus assistés à l’audience ce mardi. « Ma cliente est évidemment remplie de honte » indique l’avocat de la femme, « le couple s’est d’ailleurs séparé depuis ».

La procureure de la République a requis une peine de trois mois d’emprisonnement ferme en plus de l’interdiction définitive de détention d’animaux. « Pour que le prévenu comprenne la gravité des faits » avait-elle expliqué. Pour sa part, l’avocate de la femme réclame 1 000 euros de dommages et intérêts.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.